30 septembre 2007

Réforme scolaire… Reforma escolar… School reform…

France - Il fallait s’y attendre : comme tout nouveau gouvernement, celui de Sarko s’est attaqué à l’éducation et a pondu sa réforme. L’objectif de celle-ci est d’uniformiser le calendrier scolaire en plaçant tout le monde sous le même régime d’une semaine répartie en deux fois deux jours. Notre cher ministre de l’éducation, Xavier Darcos, s’est donc penché sur le problème et a tranché : tous les écoliers ne travailleront plus que quatre jours par semaine (suppression des mercredi et samedi matins). Ce qui se traduit dans les faits par la suppression de deux heures hebdomadaires de cours. Voilà une décision qui risque plaire à nos enfants ! A bien y réfléchir par contre, les adultes que nous sommes devraient être moins ravis par cette réforme. Attardons-nous par exemple sur le chiffre de l’illettrisme en France qui est de 9% de la population âgée de 18 à 65 ans. Cela fait quand même beaucoup et, si j’étais ministre, plutôt que m’attacher à uniformiser les nombres d’heures de cours de nos chers enfants, je me pencherais plutôt sur la teneur des programmes en eux-mêmes, car nul doute qu’ici réside le principal problème de l’éducation en France. Mais il est vrai que trop bien instruire la population pourrait la rendre moins malléable aux aspirations de nos dirigeants. Enfin, je dis ça, je dis rien…


Francia – Había que sospecharlo : al igual de todo nuevo gobierno, él de Sarko ha querido reformar la educación y puso su reforma. El objetivo de ésta consiste en uniformar el calendario escolar colocando todo el mundo bajo el mismo régimen de una semana distribuida en dos veces dos días. Nuestro querido Ministro de Educación, Xavier Darcos, examinó pues el problema y cortó : todos los niños ya trabajarán solamente cuatro días por semana (supresión de los miércoles y sábado). Lo que se traduce en hechos por la supresión de dos horas semanales de cursos. ¡Eso sí es una decisión que va encantar los niños ! Por el contrario, los adultos que somos deberíamos estar menos satisfechos po resta reforma. Retrasan por ejemplo sobre la cifra del analfabetismo en Francia que es de 9% de la población de 18 a 65 años. A pesar de todo, eso hace mucho y, si fuera Ministro, más bien que ligarme a uniformar las horas de curso de nuestros queridos niños, examinaríamejor el contenido de los programas, ya que no hay duda que aquí resida el principal problema de la educación en Francia. Pero es cierto que bien instruir a la población podría hacerla menos maleable a las aspiraciones de nuestros dirigentes ? Bueno, digo eso, no digo nada…


France – We’ve had to expect it : as all new government, the one of Sarko tackled education and do its reform. The objective of this one is to standardize the school calendar placing everyone under the same mode divided into twice two days in a week. Our dear Minister of education, Xavier Darcos, concentrated thus himself on the problem and sliced : every child will not work more than four days per week (suppression of Wednesday and Saturday mornings). What it ca be translated by the suppression of two hours weekly of lessons. Here is a decision that children will be loved! But, thinking about it, the adults we are should be less charmed by this reform. Just look, for example, at the figure of illiteracy in France which is 9% of the population from 18 to 65 years old. This is a lot and, if I were minister, rather than to attach me to standardize the numbers of hours of course of our dear children, I would rather lean on the content of the programs, because there is no doubt that here resides the principal problem of the education in France. But its true that well educate the population could make it less malleable to the aspirations of our leaders. Well, I ay that, I say nothing…



Sources : AFP

L’illettrisme en France




7 commentaires:

alea a dit…

Hola Clandestina ??? 40 millons de français illettrés ou 9% de 40 millions soit 3,6 millions d'illettrés ???
Il faut faire attention avec les chiffres et la définition de l'illettrisme qui est un peu élastique.
Personnellement, j'incline à penser que l'on n'est pas très sérieux avec de tels chiffres. Que des personnes, trop nombreuses, ne maitrisent pas la lecture c'est certain, mais il y a des degrés divers de non maitrise. Pour moi un lecteur occasionnel ou quelqu'un qui a du mal à écrire un courrier simple sans faute, n'est pas un illettré. Le problème existe, mais il est exagéré. Sur ce sujet voir un livre du sociologue Bernard Lahire sur l'illettrisme paru dans les années 1995.
Pour en revenir au problème de la semaine de quatre jours, je ne pense pas que deux heures en moins soient significatives pour les enfants de milieux sociaux moyens ou favorisés. En revanche, pour ceux qui en auraient le plus besoin, c'est à dire ceux de milieux défavorisés cela peut être un problème si une structure autre (club sportif, bibliothèque, musique...) ne prend pas la relève.
voili, voilà.

Theftya a dit…

très bon raisonnement: j'y avais pas pensé vois-tu ! mais j'aime beaucoup

Clandestina a dit…

Alea ---> bon ok, petit cafouillage de chiffres. Il n'empêche que je ne suis pas du tou d'accord avec toi sur le fonds. De par mes fonctions j'ai trop souvent été amener à constater que beaucoup de français n'arrivent pas à écrire un simple courrier de mécontentement par exemple. Et je ne parle pas là uniquement de fautes d'orthographe mais bel et bien de formulations, de phrases qui sont absolument incompréhensibles. Et je maintiens ne pas exagérer en disant que ce chiffre est certainement plus élevé que ce que les quelques études officielles sur le sujet ont pu donner.
Après, je ne suis pas sûre qu'il soit bon de tomber dans le cliché social des illetrés ou non.

Theftya ---> de la même manière j'ai bien apprécié ton raisonnement (cf ton blog)

petit ours a dit…

directement un courier de mécontentement... on te ref'ra pas toi ! hihi

alea a dit…

Je préfère le terme de mauvais lecteur à celui d’illettré qui stigmatise une catégorie comme étant presque une catégorie sous-humaine voire débile… voire même violente car ne disposant pas d’une maitrise suffisante de la langue française pour s’exprimer autrement que par la violence. –Théorie en particulier développée par Bentolila, le Monsieur grammaire de De Robien-

Pour en revenir à nos deux heures de cours en moins…
Deux heures de plus ou de moins ce n’est pas à mon sens ce qui va sauver la lecture, pour diverses raisons, en voici au moins trois, mais peut-être existe-t-il des contre exemples.

1. On ne transforme pas en bon lecteur un élève en difficulté en lui assénant deux heures de plus de lecture. En augmentant la quantité, on risque deux écueils, premièrement écœurer l’enfant, deuxièmement laisser s’insinuer en lui l’idée que la lecture est un truc casse pied spécifique à l’école. Avec les élèves en difficulté, l’école actuelle –et d’ailleurs aussi l’école tant idéalisée de grand papa avec son certificat d’étude non plus – ne sait pas faire… An mon grand dam :o(. Elle a tendance à redonner la même louche de travail alors qu’il faudrait changer de stratégie et travailler la même notion autrement.
2. Le goût de la lecture se développe autant en racontant des histoires le soir avant le coucher à nos enfants, en fréquentant les bibliothèques, voire les rayon librairie des supermarché. Aussi en voyant les adultes de son entourage lire des livres, des journaux, écrire des messages, des cartes postales…. Voir l’utilité et le plaisir que procure la maitrise de ces petits trucs tout noir sur les feuilles de papier. Ce rapport de familiarité à l’écrit c’est ce qui fait le plus défaut aux « illettrés » pour qu’ils entrent dans l’univers de Gutemberg.
3. Tout à fait autre chose, nous avons déjà vécu une réduction du temps de travail des écolier en 68 où nous avons gagné ou perdu -selon le point où l'on se place- les 3 heures du samedi après midi. Si le niveau avait à l’époque baissé, cela se saurait. Or c’est même plutôt l’inverse qui s’est produit, jusqu’aux années 90 le niveau scolaire à globalement –j’insiste sur le globalement- monté.

Voilà pourquoi je ne pense pas que ce soit important pour cet aspect là, les trois heures–qui sont en fait deux, à cause du système d’un samedi libéré sur trois déjà en place dans le primaire- seront décisives en terme de maitrise de la lecture.
Pour le reste cette réduction n’apporte pas nécessairement que du bon, je poste sur une note de Theftya à ce sujet…pour ne pas trop squatter chez toi…

Clandestina a dit…

Oulah Attention Alea!!! Je ne stigmatisais pas du tout les personnes dont je dis qu'elles n'ont aps reçu l'attention qu'elles auraient dû en matière d'éducation.

Et loin de moi que cette catégorie-là est débile ou je ne sais quoi d'autre!

Et il semble que je me sois mal exprimée. Mon idée n'est pas d'asséner des heures en plus de martelage à des élèves. Je dis simplement qu'avant de modifier le nombre d'heure, il serait plus judicieux de revoir ce que les heures de cours comportent et au besoin (et il me semble que le besoin devient urgent!!!) le smodifier afin que les élèves aient de véritables base

Clandestina a dit…

Petit Ours ---> le pire c'est que c'est vrai! :p

 
Real Time Web Analytics