11 septembre 2008

Vérité dangereuse… Verdad peligrosa… Dangerous truth…


Dix-sept membres de familles des soldats français tués en Afghanistan lors d’une embuscade le 18 août dernier ainsi que de deux soldats tué en 2006 et 2007, se rendront demain dans ce pays en compagnie d’Hervé Morin, ministre de la Défense. Le but de cette visite est d’aider ces familles à faire leur deuil en allant, si possible, sur le lieu même de l’embuscade, ainsi qu’en parlant avec les camarades et officiers des soldats tués. Certains attendent également des explications sur les circonstances de l’embuscade, accusant le commandement d’avoir envoyé uniquement des soldats peu expérimentés sur cette mission. Alors, si je peux comprendre la douleur de ces familles et leur besoin de savoir ce qui s’est passé, je comprends beaucoup moins bien les démarches gouvernementales et militaires sur le sujet. Les familles pensent elles vraiment que quiconque va leur expliquer le détail des opérations et décisions militaires sur une zone en guerre ? Ensuite, j’imagine assez mal, même si je comprends l’envie qui est la leur, chaque famille se rendre en pèlerinage sur les lieux du décès de leur enfant ou mari mort au combat, alors que la guerre y fait toujours rage – reportez par exemple cela aux deux guerres mondiales et vous comprendrez mieux mon propos. Enfin, les familles reprochent au commandement militaire de ne pas avoir suffisamment assuré la sécurité des soldats mais réalisent ils que leur visite, puisque eux le font de leur propre responsabilité, fait courir d’énormes risques aux soldats actuellement sur place et qui devront les protéger? Il y a décidément des choses qui m’échappent parfois…



Diecisiete miembros de familias de los soldados franceses matados en Afganistán en una emboscada el 18 de agosto pasado así como de los soldados matados en2006 y 2007, van a ir mañana en este país en compañía de Hervé Morin, Ministro de la Defensa. El objetivo de esta visita es ayudar a estas familias a hacer su luto yendo, si es posible, en el lugar mismo de la emboscada, así como hablando con los camaradas y jefes de los soldados matados. Algunos esperan también explicaciones sobre las circunstancias de la emboscada, acusando la orden haber enviado solamente soldados con poca experiencia en esta misión. Entonces, si puedo comprender el dolor de estas familias y su necesidad de saber lo que pasó, no entiendo muy bien las gestiones gubernamentales y militares sobre el tema. ¿Esperan de verdad las familias que alguien va a explicarles el detalle de las operaciones y decisiones militares sobre una zona en guerra? A continuación me imagino bastante mal, aunque comprendo el deseo que tienen, cada familia ir en peregrinaje en los lugares de la muerte de su niño o marido muerto al combate mientras que sigue la guerra – prorrogue por ejemplo eso a las dos Guerras Mundiales y entienderon mejor mi idea. Por fin, las familias acusan a la orden militar no haber suficiamente garantizado la seguridad de los soldados, pero ¿relizan ellos que su visita, puesto que lo hacen de su propia responsabilidad, hace correr importantes riesgos a los soldados actualmente in situ que van a deber protegerlos? Definitivamente, hay cosas que nunca voy a entender...



Seventeen members of families of the French soldiers killed in Afghanistan during an ambush last August 18th as well as the families of two soldiers killed in 2006 and 2007, will go tomorrow in this country with Hervé Morin, Minister of Defense. The goal of this visit is to help these families to make their mourning while being, if possible, on the place of the ambush, as well as speaking with the comrades and officers of the killed soldiers. Some also wait explanations about the circumstance of the ambush, accusing the command to have sent only soldiers with low experiment on this mission. Then, if I can understand the pain of these families and their need to know what occurred, I much less better understand the governmental and military steps on the subject. Do the families really think someone will explain them the detail of military operations and decisions on a war zone? In a second time I not really imagine, even if I understand the desire which is theirs, each family go in pilgrimage on the death place of their died child or husband whereas the war is not finished – just defer for example what I said to the two world wars and you will better understand my idea. Lastly, families reproach the military command to not have sufficiently ensured the safety of the soldiers but do they realize their visit, since they do it of their own responsibility, could be very dangerous to the soldiers in Afghanistan who will have to protect them? There are definitively things that I never understand…



Sources : Europe 1


L’Express




2 commentaires:

antonomase a dit…

Où l'on se rend compte que la guerre, ce sont des hommes qui tuent d'autres hommes (quand ce ne sont pas des femmes et des enfants).

On avait oublié qu'à la guerre, ce ne sont pas toujours les méchants basannés qui meurent, mais aussi les bons et braves soldats français ou américains.

Bien sûr qu'on a une pensée pour les familles de la dizaine de soldats français morts dans cette bataille. Est-ce qu'il est permis d'en avoir également pour les familles de leurs adversaires tués ? Est-ce qu'il est permis d'avoir une pensée pour les 500 civils tués depuis le début de l'année soit par les talibans, soit par les troupes occidentales ?

Clandestina a dit…

Antoomase ---> évidemment, à mon sens, qu'il faut avoir une pensée pour les familles de leurs adversaires tués. Mais cette pensée vient d'emblée à combien d'entre nous?

 
Real Time Web Analytics