15 août 2007

Le bourreau d’Oradour est mort… Se murió el verdugo de Oradour… The torturer of Oradour died…


Pour mémoire, Oradour-sur-Glane est ce village martyr français, érigé en symbole de la barbarie nazie, qui a vu déferler en son cœur, en ce 10 juin 1944, la division SS Das Reich du commandant Hanz Lammerding. Leur intention est claire : se venger des attaques qu’ils subissent de la part des maquisards qui veulent freiner leur avancée vers la Normandie. Et leur vengeance est impitoyable puisqu’ils réduisent littéralement en cendre le village, faisant ainsi 642 victimes (les hommes sont fusillés alors que femmes et enfants sont brûlés vifs). Soixante-trois ans après « l’assassin d’Oradour-sur-Glane », le criminel de guerre Heinz Barth, chef de section au sein de la division Das Reich, est mort à l’âge de 86 ans à Gransee, près de Berlin. Condamné par contumace à mort en France en 1953, Barth a vécu caché sous une fausse identité en RDA jusqu’à ce qu’il soit démasqué, puis condamné en 1983 à la prison à vie pour crimes de guerre. Bien qu’étant le seul condamné en Allemagne de l’Est pour de tels crimes commis en France, il a cependant retrouvé la liberté en juillet 1997, à 76 ans, en raison de son âge et de son état de santé. Comme souvent donc, la justice s’est montrée humaine face à un bourreau qui n’a jamais rien eu d’humain. Pire, l’état allemand avait concédé en 1991 à Barth – qui participa également au massacre de Lidice en 1942 en Tchécoslovaquie et où une centaine d’hommes et adolescents furent exécutés - après la réunification allemande, une pension de victime de guerre pour la perte de sa jambe lors de la seconde guerre mondiale. Quelques autres anciens nazis avaient bénéficiés de telles pensions avant que le Bundestag vote en 2001 une loi privant les anciens criminels de guerre de toute pension d’invalidité. Loin de me réjouir de la mort de ce bourreau, je déplore la liberté dont il a bénéficié à la fin de sa vie, ainsi que son absence manifeste de regret devant les atrocités qu’il a perpétrées dans sa vie…


Se lo sabe, Oradour-sur-Glane es este pueblo mártir, símbolo de la crueldad nazi, que ha visto entrar en su corazón en este 10 de junio de 1944, la división SS Das Reich del comandante Hanz Lammerding. Su intención queda clara : vengarse de los ataques que sufren por parte de los maquisards que quieren frenar su proyección hacia Normandía. Se encuentra despidada su venganza puesto que reducen literalmente elpueblo en ceniza, haciendo así a 642 víctimas (les fuila a los hombres mientras se queman vivos las mujeres y los niños). Sesenta y tres años después se ha muerto « el asesino de Oradour-sur-Glane », el criminal de guerra Heinz Barth, jefe de sección en la división Das Reich, a la edad de 86 años a Gransee, cerca de Berlín. Condenado por contumacia a muerte en Francia en 1953, Barth vivió ilegalmente bajo una falsa identidad en RDA hasta que se lo destopan, luego condenado en 1983 a la prisión a vida para crímenes de guerra. Aunque siendo el único ser condenado en Alemania del Este para tales crímenes cometidos en Francia, encontró sin embargo de nuevo la libertad en julio de 1997, a los 76 años, debido a su edad y su esdato de salud. Como muchas veces pues, la justicia se mostró humana ante un verdugo que nunca ha tenido humanidad en su corazón. Peor, el Estado alemán había concedido en 1991 a Barth – que participó también en el masacre de Lidice en 1942 en Checoslovaquia y donde se mató a una centena de hombres y adolescentes - después de la reunificación alemana, una pensión de víctima de guerra para la pérdida de su pierna durante la Segunda Guerra Mundial. Algunos otros antiguos nazis habían beneficiado de tales pensiones antes de que el Bundestag vota en 2001 una ley que priva los antiguos criminales de guerra de toda pensión de incapacidad. Lejos de alegrarme de la muerte de este verdugo, deploro la libertad de la que se benefició al final de su vida, así como su ausencia manifiesta de pesar antes las atrocidades que perpetró en su vida…


For memory, Oradour-sur-Glane is this French martyr village, symbol of the Nazi cruelty, wich saw enter in its heart, in this 10 June 1944, the 2d SS division Das Reich whose commandant is Hanz Lammerding. Its intention is clear : to be avenged for the attacks committed by the men of the Maquis who want to slow don their projection towards Normandy. And their revenge is pitiless since they literally reduce to ashes the village, thus making 642 victims (men are shot whereas women and children are burned alive). Sixty-three yeas after the “assassin of Oradour-sur-Glane”, the war criminal Heinz Barth, section head within the division Das Reich, died at 86 years old in Gransee, near Berlin. Condemned by contumacy to die in France in 1953, Barth lived hidden under a false identity in GDR until it is uncovered, then condemned in 1983 to prison to life for war crimes. Although being the only one condemned in East Germany for such crimes committed in France, he however be liberated in July 1997, at 76 years old, because of his age and health. As often thus, justice was human in front of torturer who never had anything of human. Worse, German state had conceded to Barth – who also took part in the massacre of Lidice in 1942 in Czechoslovakia and where a hundred men and teenagers were executed - in 1991, after the German reunification, a pension of victim of war for the loss of his leg during the Second World War. Some other former Nazis had profited of such pensions before the Bundestag votes in 2001 a law depriving the former war criminals of any disablement pension. Far from delighting me by the death of this torturer, I deplore the freedom of which he profited at the end of his life, like the manifest absence of regret in front of the atrocities he perpetrated in his life…



Sources : Le Monde



3 commentaires:

quintescent a dit…

Mouais.
J'ai toujours un sentiment bizarre à propos d'Oradour sur Glane.
En France, pendant presque soixante ans, cela a été présenté par l'histoire officielle comme le plus grand crime perpétré en France par les nazis, celui qui justifiait à lui seul toute la guerre, etc.
Or il se trouve qu'en termes de crimes de guerre seulement, il s'est produit des événements bien pires dans toute l'Europe, en Ukraine, en Russie, en Pologne, en Italie, etc.
Mais en plus ça permettait de tirer un voile pudique sur l'implication de l'administration française sur des crimes qui n'étaient pas des crimes de guerre, mais des crimes contre l'humanité.
Et il y a surtout (à mon sens) que l'on se vante beaucoup moins de quelques jolies opérations menées quelques années plus tard au cours des guerres de décolonisation, et dont les responsables directs ou indirects on pu continuer une brillante et prestigieuse carrière.
Alors, bon, ok, ça fait toujours un salaud de moins.

Zub a dit…

Il existe dans les Pyrénées un village qui a subit le même sort qu'Oradour et par les mêmes. Une sorte de répétition en quelque sorte.

concernant les criminels de guerre nazi, dans les années soixante, le gouvernement français a signé un accord avec la RFA indiquant que seule celle-ci serait compétante pour les juger.

Comme la RFA n'a "purgé" ni son administration, ni sa justice, ce sont donc les anciens juges nazi qui eurent la charge de juger les criminels de guyerre nazi. Inutile, je pense, de preciser ce qui ce passa: la RFA devint un refuge protecteur des dit criminels, et donc les laissèrent systematiquement en liberté sous divers pretextes, celui de la mauvaise santé étant le plus utilisé, n'acceptant de les juger que quand les temoins étaient DCD et par suite non lieu, pas de témoin!!!

Les loups facistes ne se mangent pas entre eux!

Clandestina a dit…

Quinte ---> mouais... on ne peut cependant pas nier l'horeur d'Oradour, bien que d'autres, de même acabit, sont perpétrés chaqeu jour (malheureusement!!!) de par le monde, ce de la part de beaucoup de pays (France comprise).
Mais il me semble, important de mettre en évidence de tels "exemples" afin d'éviter la continuation de la barbarie (ok, je sais, ça n'empêche rien, bien au contraire!)...

Zub ---> effectivement des nazis jugés par des ex nazis... c'est assez "original" comme concept...

 
Real Time Web Analytics