14 février 2007

500 signatures… 500 firmas… 500 signatures…


France – Le système démocratique quant à l’élection présidentielle serait-il perverti dans ce pays de libertés ? Il ne suffit en effet pas de se déclarer candidat pour prétendre aux votes des citoyens. Avant cette étape, il faut réunir 500 signatures d’élus, ce geste signifiant que lesdits maires, quelle que soit leur couleur politique et celle des candidats pour lesquels ils signent, trouvent légitime et démocratique que tel candidat soit présent à l’élection présidentielle. A ce stade là, il était déjà légitime de se demander pourquoi les candidats, dans une mesure démocratique, ne pouvaient pas directement se présenter devant les citoyens. Mais voilà qu’à l’heure de ces nouvelles présidentielles, une nouvelle donnée vient s’ajouter au système : contrairement à avant, ces soutiens doivent être publics. Si l’idée peut paraître saine – effectivement dans une démocratie tout le monde doit pouvoir dire qu’il trouve normal de voir untel se présenter à une élection – la perversion politique fait désormais peser un poids énorme sur les épaules des élus. Certains (la majorité ?) voient en effet leur parti faire pression sur eux en les menaçant d’exclusion si leur soutien va à certains candidats de couleur politique différente. Qu’en est-il alors de la démocratie, de la liberté? Cela relève non seulement du chantage mais, en plus, disqualifie tout simplement les candidats des « petits » partis, sans parler des partis dits extrémistes. Et si cela a été fait pour éviter un deuxième 21 avril (où le FN avait accéder au 2e tour des présidentielles), il aurait été plus judicieux de mettre la question de la participation de l’extrême droite à de telles élections sur la place publique et d’en débattre démocratiquement plutôt que d’agir de la sorte. Car, si j’ai été comme beaucoup en colère de voir les scores du FN, il n’en reste pas moins que ces votes étaient une expression populaire et qu’elle s’est faite dans le strict respect de la démocratie contrairement au fameux système des 500 signatures actuelles. Reste à voir maintenant si les maires vont avoir le courage de leurs opinions et oser affronter leur parti afin que triomphe la démocratie…


Francia - ¿Se pervertiría el sistema democrático en cuanto a la elección presidencial en este país de libertades ? En efecto no es ahora suficiente declararse condidato para pretender a los votos de los ciudadanos. Antes de este etapa, es necesario reunirs 500 firmas de alcaldes, este gesto significando que dichos alcaldes, cualquiera que sea su color política y la de los candidatos para los cuales firman, encuentran legítimo y democrático que tal candidato sea presente a la elección presidencial. En esta fase, era ya legítimo preguntarse porque los candidatos, en nombre de la democracia, no podían presentarse directamente delante de los ciudadanos. Pero po restas nuevas presidenciales, una novedad viene añadirse al sistema : estos apoyos deben ser públicos, al contrario de antes. Si la idea puede parecer sana – efectivamente en una democracia todo el mundo debe poder decir que encuentra normal ver a tal candidato presentarse a una elección – la perversión política hace pesar un enorme peso sobre los hombros de los alcaldes. En efecto algunos (¿la mayoría ?), ven su partido ejercer una presión sobre ellos y les amenazan de exclusión si su apoyo va a algunos candidatos de color político diferente. ¿En dónde están entonces la democracia, la libertad ? Eso incluye no solamente el chantaje pero, además, descalifica simplemente a los candidatos de los « pequeños » partidos, sin hablar de los partidos dichos extremistas. Y si eso se hace para evitar un segundo 21 de abril (triste día en cual el FN – extrema derecha – había accedido a la 2a vuelta de las presidenciales), habría sido más juicioso poner la participación de la derecha extrema al público y discutir democráticamente más que de actuar de este modo. Ya que, si he tenido como mucha gente rabia al ver los resuldados del FN, no permanece menos que estos votos eran una expresión popular y que se hizo en estricto cumplimiento de la democracia contrariamente al famoso de las 500 firmas actuales. Queda por ver ahora si los alcaldes van tener el voraje de sus opiniones y atraverse a enfrentar su partido para que triunfe la democracia…


France – Would be, the democratic system as for the presidential election, perverted in this freedom country? It is not enough, indeed, to declare itself candidate to claim the votes of the citizens. For this, it is necessary to join together 500 signatures of mayors, this gesture meaning that aforementioned mayors, whatever their political colour and the one of the candidate for whom they sign, find legitimate and democratic such candidate is present at the presidential election. At this point, it was already legitimate to wonder why candidates, in a democratic measurement, could not directly present themselves in front of the citizens. But at the time of those news presidential elections, a new data was added to the system : contrary to before, those supports must be public. If the idea can appear healthy – indeed in a democracy everyone must be able to say he finds normal see a candidate try to be elected – political perversion makes now weigh an important weight on the shoulders of the mayors. Some of them (the majority?) see their party making pressure on them, threatening them to exclusion, if their support goes to certain candidates with different political colour. What’s about democracy, freedom, then? This not only concern blackmail but, moreover, disqualifies candidates of the “small” parties, without speaking about parties known as extremists. And if that were made to avoid a second April 21 (where FN – extreme right – had reach the 2d turn of presidential), would it have been more judicious to put this question of the participation of the extreme right to such elections on public place, and discuss it democratically rather than to act like that? Because if I were, as a lot of persons, in anger seeing such FN scores, these votes were a popular expression made in the respect of the democracy, contrary to the famous current system of the 500 signatures. Remain to see now if the mayors will have the courage of their opinions and will dare to face their party to let triumph democracy…



Sources : Libération



8 commentaires:

petit ours a dit…

en plus les maires sont élus indirectement, non ?

sag a dit…

bien d'accord avec toi, c'est à la limite de la république finalement... sinon de la démocratie...
Une élection sans FN qui représente au moins 10 % des votants, et même sans les autres partis, c'est anormal. Pourtant j'aimerais qu'on se passe d'eux, mais qu'on s'en passe dans nos idées, pas dans la représentation, s'ils représentent des opinions existantes. Alors, ils ont droit à exister.

mae a dit…

les maires se vendraient ils au plus offrant?

Clandestina a dit…

Petit Ours ---> exact

Sagesse ---> exactement. Ou nous sommes dans une démocratie et en acceptons toutes les règles... ou alors nous cessons de demander la démocratie...

Mae ---> l'avenir nous le dira...

Zub a dit…

Les conseillers régionaux et les sénateurs sont eux aussi élus aux suffrages indirects.

De toutes manière, l'élection du président de la république au suffrage universel est anti démocratique. Ca lui donne un pouvoir presque dictatorial (dictatorial avec l'article 16 de la constitution) alors qu'il ne represente qu'une partie de la population (moins de 50%).
Même problematique, quoique pour d'autres raisons, avec les députes. certain sont élus avec quelques centaines de voix, alors que pour d'autres c'est quelques milliers!!!
Le Senat lui à un mode d'élection qui favorise les campagnes. Donc encore un pb de representativitée.

Et on se croit en démocratie???

PIlar M Clares a dit…

Las reglas de la democracia pueden cambiar y adaptarse a las nuevas exigencias ciudadanas ¿respondena ello?-deberíamos preguntarnos. La democracia debe ser "tocable", no rígida. El mundo cambia.
Besos

appuntidiviaggio a dit…

OT: Hola Clandestina! Un besote ;-*

Clandestina a dit…

Zub ---> une réforme du système actuelle est donc a envisagé, selon toi!?!

Mais il est vrai que cela est à étudier sérieusement...

Pilar M Clares ---> si eso estabamso diciendo con Zub. Quiza hay que pensar sobre nuevas formas de eligir a nuestors representantes, nuevas formas de democracia también.

Appuntidiviaggio ---> Baci ;)

 
Real Time Web Analytics